• Accueil
  • > Archives pour novembre 2014

Place Vendôme, haut lieu de l’indécence

19112014
Place Vendôme, haut lieu de l'indécence dans arts, par lediazec lumiere-meurt-detail2
Lumière, détail – M art’IN

Il s’en passe du vilain en ce bas monde. Je note que notre capacité à avaler (et digérer) tout et n’importe quoi est impressionnante. La chose laisse perplexe.
Place Vendôme, lieu de récréation du cinématographe et symbole de la haute, « défigurée » par l’installation d’une espèce d’objet polymorphe dans le cadre de la Foire internationale d’art contemporain, que le passant découvre horrifié et qui fait jaser dans le landerneau.
Cette crotte artistique, gonflable et gonflante, œuvre d’un artiste de renom venu d’outre-Atlantique, Paul McCarthy, pouvant suggérer tantôt le braquemart de Shrek qu’un sapin de Noël de nouvelle génération, ou encore un champignon d’une espèce inconnue, dont l’installation a coûté la somme rondelette de 200 000 euros, a déclenché chez le passant une de ces fureurs dont le microcosme de la culture néo-totalitaire en a le secret.
Là où la chose devient drôle c’est quand, profitant de l’inadvertance du personnel de sécurité, généralement sous-payé, quelques audacieux l’ont dégonflée, déclenchant l’un de ces moments d’hilarité dont nous manquons tant par ces temps de déchéance. Tout cela est fort bien détaillé chez nos amis de WikiStrike.

Lire la suite… »




Vaudou game

18112014
Vaudou game dans zyque, par lediazec 421201e55b9cd0c4b4b7a967d793c59a

Dans la tradition de l’afro-funk qui a marqué l’histoire de la musique africaine dans les années 70, le groupe Vaudou Game monté en France par le chanteur togolais Peter Solo crée la surprise avec Apiafo, un album aussi risqué que réussi.

Un léger doute affleure, au moment où les yeux se posent sur le CD pour la première fois. Réédition ou nouveauté ? L’interrogation se prolonge, au-delà des apparences visuelles qu’on sait trompeuses, lorsque démarre No Problem, le premier des douze morceaux : cette batterie-là n’est pas d’aujourd’hui. Les coups donnés sur ses futs font remonter le temps, comme sur ces 33 tours disparus qui resurgissent à travers les blogs de mélomanes passionnés. Mais sans les craquements des sillons caractéristiques des vinyles. Et pour cause : s’il a été enregistré à l’ancienne, avec du matériel analogique, de vieux instruments, de vieux amplis, Apiafo correspond au nouveau projet de Peter Solo, basé « à 80 % sur le son », évalue le chanteur togolais installé à Lyon depuis plus d’une décennie.
Son précédent album Analog Vodoo, paru il y a 18 mois, aura servi d’étape sur ce chemin, lui montrant la direction à suivre : celle d’un afro-funk tel qu’il était pratiqué dans les années 70 par les artistes togolais et béninois, auquel il a ajouté sa propre recherche sur les harmonies vaudou. S’il affirme ne pas être dans une attitude revendicative, son objectif était aussi d’apporter une autre image de la culture vaudou, lui qui a grandi au milieu des cérémonies. Il regrette aujourd’hui que les clichés donnent une vision déformée de ces croyances, de ces rites tournés d’abord vers la nature et ses éléments.






Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mon p'tit clan et mes passions
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres